Loi Travail : Manuel Valls annonce le recours au 49.3 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Loi Travail : Manuel Valls annonce le recours au 49.3
©Reuters

Passage en force

Loi Travail : Manuel Valls annonce le recours au 49.3

Le Premier ministre a annoncé à la tribune de l'Assemblée nationale, mardi 5 juillet, que l'exécutif a décidé de recourir à l'article 49.3 de la Constitution

Manuel Valls engage à nouveau la responsabilité de son gouvernement en annonçant à la tribune de l'Assemblée nationale, mardi 5 juillet, que l'exécutif a décidé de recourir à l'article 49.3 de la Constitution, alors que le projet de loi Travail était revenu en discussion à l'Assemblée. 

"Malgré les compromis, nous constatons une alliance de ceux qui ne veulent rien changer. Ce pays s'est trop habitué à un dialogue de masse depuis 30 ans ! Face à cela, mon gouvernement est déterminé à avancer. Avancer, parce que c'est l'intérêt général, ce n'est pas une posture. Je ne veux pas laisser certains (...) jouer avec les institutions (…) En application de l'article 49 alinéa 3 de la Constitution, j'ai décidé après la délibération du Conseil des ministres du 10 mai d'engager la responsabilité du gouvernement sur le texte du projet de la loi travail", a déclaré le Premier ministre devant les députés. 

Alors que dimanche dernier, une cinquantaine de cadres dirigeants, dont l'Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens (Ugict-CGT), ont appelé à un "dialogue apaisé" sur le sujet dans une tribune parue dans le journal L’Humanité, une nouvelle journée de manifestations est prévue en France. La douzième, et probablement la dernière avant une trêve estivale.

Toutefois, aucune complaisance avec le gouvernement de la part su syndicat de cadres : "On est dans une généralisation du dumping social mais aussi d’un dumping économique. C’est une loi déstructurante du point de vue social mais aussi contreproductive d’un point de vue économique. Ces dirigeants appellent à la raison", a expliqué ce mardi Marie-José Kotlicki, la secrétaire générale UGICT-CGT sur les ondes de France Info.

"Cet appel de cadres dirigeants est important car il interpelle le gouvernement sur sa propre stratégie, son refus du dialogue, de façon à ce qu’il revienne à la réalité économique et sociale du pays mais aussi des entreprises", a-t-elle ajouté.

La mobilisation demeure, et devrait reprendre dès la rentrée de septembre. L’objectif reste l'évolution ou le retrait du texte de la loi El Khomri, notamment l'article 2. Une opposition toujours frontale avec le gouvernement qui a indiqué le 4 juillet qu'il ne "dénaturera pas le projet", d’autant qu’il "en est à sa quatrième version, le texte a encore bougé ces derniers jours", par la voix du ministre des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen. Date butoir pour le vote de la loi à l'Assemblée, le 20 juillet prochain.

·         Côté manifestations, à Paris, un défilé est prévu de la place d'Italie à celle de la Bastille à partir de 14 heures. Un parcours validé par la préfecture de Police de la capitale.

Une mobilisation qui accuse une baisse de fréquentation, devant la multiplication des rassemblements et à l'approche des vacances d'été.

·         Dans les autres régions e France, des cortèges sont prévus au Havre, à Caen ou encore à Chambéry, réunissant quelques centaines de personnes.

 

 

Lire aussi : Loi Travail : "Je ne voterai pas une motion de censure de gauche", affirme Benoist Apparu

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !