Loi sur les fake news : la moitié des Français craignent "un risque pour la liberté de la presse et la liberté d'expression" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Loi sur les fake news : la moitié des Français craignent "un risque pour la liberté de la presse et la liberté d'expression"
©JACQUES DEMARTHON / AFP

Oups

Loi sur les fake news : la moitié des Français craignent "un risque pour la liberté de la presse et la liberté d'expression"

Plus de 9 Français sur 10 estiment que le journalisme est "utile", selon ce sondage réalisé par Viavoice pour les Assises internationales du journalisme.

A l'heure des fake news, des rumeurs et des fausses nouvelles, 92% des Français estiment que le journalisme est "utile", selon un sondage réalisé par Viavoice pour les Assises internationales du journalisme qui se tiendront de mercredi à samedi à Tours. 6% sont d'un avis contraire et 2% ne se prononcent pas.

Pour les sondés, les journalistes ont pour rôle principal de "vérifier les informations fausses, les rumeurs, la désinformation", réponse choisie par 61% des sondés (qui pouvaient faire jusqu'à 3 choix). Viennent ensuite la fourniture d'informations pratiques (49%) et la révélation de "faits ou pratiques illégaux ou choquants" (48%).

Si plus des deux tiers (70%) des sondés trouvent "normal" que les pouvoirs publics tentent de limiter la propagation des fausses nouvelles, ils sont autant à estimer qu'il vaudrait mieux développer l'éducation aux médias plutôt que de légiférer. 49% sont en effet d'accord avec l'idée qu'une loi contre les fake news "comporte un risque pour la liberté de la presse et la liberté d'expression" et 67% estiment que c'est "aux journalistes de vérifier l'information", car les pouvoirs publics et la justice n'ont pas forcément les moyens de dire si une info est une "fake news".

Sondage effectué du 12 au 15 février en ligne auprès d'un échantillon de 1.008 personnes, représentatif de la population française de 18 ans et plus et constitué selon la méthode des quotas.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !