Loi santé : menace de grève des médecins dès le 3 octobre, si elle n'est pas abrogée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Loi santé :  menace de grève des médecins dès le 3 octobre, si elle n'est pas abrogée
©Reuters

Un arrêt des soins illimité

Loi santé : menace de grève des médecins dès le 3 octobre, si elle n'est pas abrogée

Quatre organisations syndicales de médecins ont profité de la tenue de l'Université d'été du PS à La Rochelle pour rappeler ce vendredi leur volonté de voir abroger la loi de modernisation de la Santé qui instaure le tiers-payant généralisé.

La Fédération des médecins de France (FMF), l'Union française pour une médecine libre (UFML), le Syndicat des médecins libéraux (SML) et le Bloc (représentant les médecins spécialistes), ont menacé de "mener des actions de septembre à décembre jusqu'à obtenir le retrait de cette loi", selon Jérôme Marty, président de l'UFML. Ces organisations dénoncent "une attaque historique contre la déontologie des médecins". 

Ces quatre syndicats appellent à un arrêt complet de leur activité, sans limite dans le temps, à compter du 3 octobre si le gouvernement maintient cette loi. "Nous négocions actuellement avec les médecins urgentistes et le personnel hospitalier pour qu'ils rejoignent le mouvement", a indiqué le président du SML, Éric Henry. Un tel accord conduirait au blocage complet des soins. 

Pour rappel, ils souhaitent l'abrogations de la loi de modernisation de la Santé qui instaure le tiers-payant généralisé. Jérôme Marty considère qu'il s'agit d'"une attaque historique contre la déontologie médicale". Selon lui, "cette loi institue l'étatisation et la financiarisation de la médecine. Le secret médical est directement menacé car il existe un risque de commercialisation des données du patient". 

Lu sur FranceTVInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !