Loi Macron : le Sénat valide à son tour l'ouverture des magasins 12 dimanches par an | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.
Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique.
©RTL

Pas de heurts

Loi Macron : le Sénat valide à son tour l'ouverture des magasins 12 dimanches par an

Après les députés, les membres de la haute assemblée ont achevé l'examen des articles relatifs au travail dominical et poursuivent, à 14h30, l'examen du texte. 416 amendements restent à examiner.

Cette fois il n'y a pas de heurts. Le Sénat étudiait ce lundi soir les amendements de la Macron, relatifs au travail le dimanche. Et contrairement au Palais Bourbon, aucun frondeur PS n'est venu perturber la validation du texte. Ainsi, les membres de la chambre haute ont achevé l'examen de ces articles et ont donné leur feu vert dans la nuit de lundi à mardi au principe de 12 dimanches ouverts par an dans la distribution, comme l'avait donc fait avant lui l'Assemblée nationale. 

Et la majorité peut se targuer d'avoir enfin réussi à se rassembler puisque cette mesure a été largement approuvée par les sénateurs, à l'exception des communistes (CRC) et des écologistes qui ont déposé des amendements de suppression. "Cette disposition romprait avec le caractère exceptionnel du travail dominical. Ce n'est pas acceptable pour nous" a souligné Annie David (CRC). Quant à Pierre Laurent, le numéro un du PCF, il a lui expliqué : "nous sommes très loin de la simplification défendue par le ministre", avec pour chaque dérogation au travail du dimanche des règles différentes pour les salariés.

Avec ce vote, le nombre d'ouvertures dominicales des commerces autorisées passe de 5 à 12 par an, sur décision du maire après avis du conseil municipal jusqu'à 5, et de l'intercommunalité au-delà de 5. Bonne nouvelle pour les salariés, ces dimanches sont payés double.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !