Limogeage de Delphine Batho : l'ex-ministre va s'expliquer, Canfin met la pression | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Delphine Batho émue lors de la passation de pouvoir ce mercredi
Delphine Batho émue lors de la passation de pouvoir ce mercredi
©Reuters

Verts de rage

Limogeage de Delphine Batho : l'ex-ministre va s'expliquer, Canfin met la pression

L'ancienne ministre de l'Ecologie a indiqué lors de sa passation de pouvoir qu'elle dirait "tout" jeudi lors d'une conférence de presse.

Delphine Batho a quitté son ministère ce mercredi. L'ancienne responsable du portefeuille de l'Ecologie et de l'Energie s'en est allée et a laissé la place à Philippe Martin. "Je souhaite à Philippe Martin bonne chance dans ses fonctions. En ce qui concerne les circonstances de ce limogeage et ses conséquences, je dirai tout dans une conférence de presse demain à 15 heures", a-t-elle déclaré.

Les réactions ont été nombreuses après le limogeage de Delphine Batho. Plusieurs personnalités politiques ont accusé François Hollande d'avoir fait un usage abusif de son pouvoir. Chez les écologistes, les réactions sont timides à l'exception de Pascal Canfin. Le ministre délégué au Développement a, quant à lui, été plus véhément. Il a en effet menacé d'un départ des ministres verts du gouvernement si des "actes" n'étaient pas rapidement posés pour faire "la transition écologique".

"Nous considérons qu'il faut maintenant davantage d'actes posés par ce gouvernement pour faire que la transition écologique soit réellement une priorité de la France et du gouvernement. Il y a devant nous des rendez-vous qui sont déterminants et si ces rendez-vous étaient ratés, à ce moment-là (...), bien évidemment nous en tirerons toutes les conséquences", a expliqué le ministre écologiste sur France Info.

Reste à savoir comment François Hollande et Jean-Marc Ayrault vont apprécier cette mise en garde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !