Liban : ce que l'on sait de l'attentat revendiqué par l'Etat islamique ce jeudi soir à Beyrouth et qui a fait plus de 40 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Liban : ce que l'on sait de l'attentat revendiqué par l'Etat islamique ce jeudi soir à Beyrouth et qui a fait plus de 40 morts
©Reuters

Deuil national

Liban : ce que l'on sait de l'attentat revendiqué par l'Etat islamique ce jeudi soir à Beyrouth et qui a fait plus de 40 morts

Le double attentat qui a fait 41 victimes ce jeudi 12 novembre, dans la banlieue de Beyrouth, est l'un des plus meurtriers au Liban depuis le début du conflit en Syrie.

Deui national ce vendredi au Liban. Le pays a en effet de nouveau été touché par une attaque terroriste. Quarante et une personnes ont été tuées et près de 200 blessées ce jeudi dans un double attentat suicide perpétré dans un fief du Hezbollah et revendiqué par le groupe Etat Islamique (EI) dans la banlieue de Beyrouth. L’attaque est la plus sanglante contre un bastion de ce mouvement libanais depuis son implication début 2013 dans la guerre en Syrie voisine.

Les faits se sont déroulés en fin d’après-midi, au moment où les rues étaient bondées. Deux hommes ont successivement actionné leurs ceintures d’explosif dans une artère commerçante du quartier de Bourj al-Barajné, selon l’armée qui a aussitôt bouclé le secteur. Un troisième assaillant qui n’a pu faire exploser sa ceinture a été retrouvé mort. Un photographe de l’AFP a vu des corps ensanglantés dans des magasins pulvérisés et des flaques de sang au milieu de voitures détruites, alors que des centaines de personnes se trouvaient à proximité des lieux.

Et le bilan aurait pu être beaucoup plus grave encore. Selon des médias locaux, quatre kamikazes avaient, à l'origine, prévu de se faire exploser. Mais l'un d'entre eux aurait été tué, tandis qu'un dernier aurait pris la fuite. Des informations qui restent à confirmer.

Khodor, 30 ans, était présent lors du double attentat et témoigne sur RFI : "Les explosions ont été très violentes,rapporte-t-il. Les murs de la maison ont tremblé. Je suis sorti après la première explosion, il y avait des lambeaux de corps sur le sol. Je me suis éloigné, je suis revenu et il y a eu la deuxième explosion, en face de la maison. C'est une rue commerçante très fréquentée. Les kamikazes le savaient. Je suis en colère."

 

 

Lu sur RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !