Levure de riz rouge : l'UFC-Que Choisir alerte sur le danger de ce complément alimentaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Levure de riz rouge : l'UFC-Que Choisir alerte sur le danger de ce complément alimentaire
©

Attention !

Levure de riz rouge : l'UFC-Que Choisir alerte sur le danger de ce complément alimentaire

L'UFC-Que Choisir a mené une étude sur dix références de levure de riz rouge vendues en pharmacie, parapharmacie et Internet.

Ces "pilules miracles" sont "au mieux inutiles, au pire dangereuses et dans tous les cas muettes sur les précautions d’emploi et les effets secondaires", c'est le résultat de l'étude sur dix références de levure de riz rouge vendues en pharmacie, parapharmacie et Internet publié dans le numéro du mois de décembre de Que Choisir Santé. Dans un contexte de croissance du marché des compléments alimentaires qui atteint désormais près d’un milliard d’euros, l’UFC-Que-Choisir a analysé des compléments à base de levure de riz rouge. Elle saisit les Autorités sanitaires, sur les risques posés par la vente en libre-service de ces produits et demande que ceux-ci soient soumis à la réglementation spécifique des médicaments.

  • Effet sur le cholestérol : 80 % de produits bidon

Huit produits sur dix présentent des teneurs inférieures à celles requises pour affirmer l'efficacité du produit sur la baisse du cholestérol.

  • Des substances médicamenteuses voire dangereuses en libre-service

En revanche, la teneur maximale en monacoline K autorisée dans de simples compléments alimentaires ne doit pas dépasser la dose de 10 milligrammes par jour sinon la prescription est obligatoire ! Or, deux produits testés par UFC-Que Choisir (Herbal actives et Nat&Form) dépassent ce dosage et peuvent donc être achetés et consommés en dehors de tout contrôle médical. Plus inquiétant encore, des toxines potentiellement dangereuses pour les reins ont été détectées dans deux compléments.

  • Carence sur les contre-indications

Aucun des compléments n’indique correctement les contre-indications, effets indésirables ou interactions qui sont en revanche obligatoires sur les médicaments, parce que ces produits dépendent de la réglementation permissive des compléments alimentaires, alors que nombre d’entre eux devraient relever de la réglementation sur les médicaments.

L’UFC-Que Choisir a donc saisi la Haute autorité de santé et l’Agence nationale de sécurité du médicament pour qu’elles se prononcent sur l’opportunité de rattacher ces produits à la réglementation spécifique aux médicaments plus protectrice pour les consommateurs. En attendant, l'organisme demande à la répression des fraudes de faire retirer toute référence au cholestérol pour les teneurs inférieures à 10 mg de monacoline K, d'interdire la commercialisation pour les teneurs supérieures à cette valeur, et à l’Agence nationale de sécurité sanitaire d’examiner en urgence les risques posés par une utilisation de ces produits sans contrôle médical.

Lu sur Que Choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !