Les "sans-dents" : Hollande se justifie, Trierweiler l'enfonce | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les "sans-dents" : Hollande se justifie, Trierweiler l'enfonce
©Capture

Bataille

Les "sans-dents" : Hollande se justifie, Trierweiler l'enfonce

Le président est revenu sur cet épisode dans le livre des journalistes du Monde. Sur Twitter, son ancienne compagne en a remis une couche.

Décidemment, les "sans-dents" collent à la peau de François Hollande. Dans le livre confession de Gérard Davet et Fabrice Lhomme (Le Monde), le chef d'Etat revient sur cet épisode, admettant qu'il avait bien utilisé cette expression avec Valérie Trierweiler mais sans une once de moquerie. "Je lui ai dit : Je vois des gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents", explique François Hollande. Selon lui, l'interprétation de son ex-compagne est "odieuse, c'est une trahison", affirme-t-il. "Quand je dis : j'aime les gens, c'est vrai".

Valérie Trierweiler n'a pas tardé à réagir avec deux tweets, publiés ce mercredi matin.

Un message qui ressemble fort à un SMS, envoyé par François Hollande. Il y évoque Bernadette (probalement Chirac), dans son canton de Corrèze. Et y parle des fameux "sans-dents" sans le sérieux évoqué dans le livre. 

A LIRE AUSSI : "Un président ne devrait pas dire ça" : François Hollande se confie dans un nouveau livre

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !