Les personnes travaillant trop risqueraient aussi de consommer trop d'alcool | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les personnes travaillant trop risqueraient aussi de consommer trop d'alcool
©

Surmenage

Les personnes travaillant trop risqueraient aussi de consommer trop d'alcool

D'après les auteurs d'une récente étude, la consommation d'alcool est considérée comme risquée quand elle excède 14 boissons alcoolisées par semaine pour une femme, et 21 pour un homme.

Selon plusieurs études réalisées auprès d'un total de 400 000 personnes à travers 14 pays, les individus travaillant plus de 48 heures par semaine (plus que le seuil fixé par une directive européenne), auraient plus de chances de consommer de l'alcool dans des quantités dangereuses pour leur santé. Les conclusion de ces études ont été publiées mercredi 14 janvier dans la revue The British Medical Journal (BMJ).

D'après les chercheurs, les personnes travaillant entre 49 et 54 heures par semaine s'exposent à un risque 13% plus important que celui des autres travailleurs (35 à 40 heures par semaine) de consommer abusivement de l'alcool. Les auteurs de ces études ajoutent que de longues heures de travail augmentent déjà les risques de maladies cardiovasculaires, mais aussi d'accidents du travail et de problèmes de santé mentale. 

La consommation d'alcool d'un individu est considérée comme risquée quand elle excède 14 boissons alcoolisées par semaine pour une femme, et 21 pour un homme, notent-ils également.

Cette étude de grande ampleur a été réalisée dans 14 pays :  l’Allemagne, l’Australie, la Belgique le Canada, le Danemark, l’Espagne, les Etats-Unis, la France, la Finlande, le Japon, la Nouvelle Zélande, le Royaume-Uni, la Suède, et Taïwan.

Lu sur Les News Eco

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !