Les Français hostiles au cap proposé par Édouard Philippe et Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les Français hostiles au cap proposé par Édouard Philippe et Emmanuel Macron
©PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Au rattrapage

Les Français hostiles au cap proposé par Édouard Philippe et Emmanuel Macron

54 % des sondés ne pensent pas que les réformes annoncées par le chef de l'Etat vont améliorer la situation du pays.

En cette période d'examen, le couple exécutif finirait probablement en session de rattrapage. Selon un sondage Odoxa avec Dentsu Consulting pour Le Figaroet Franceinfo, une nette majorité de Français désapprouvent les orientations données par Emmanuel Macron dans son allocution devant le Congrès, réuni à Versailles lundi dernier, et par le Premier ministre dans son discours de politique générale.

Ainsi, 54 % des sondés ne pensent pas que les réformes annoncées par le chef de l'Etat vont améliorer la situation du pays. Le rejet est encore plus important du côté des sympathisants de gauche, 66 % d'entre eux rejetant le cap fixé par le président de la République. Même scepticisme du côté d'Edouard Philippe, près de six Français sur dix à ne pas approuver les réformes présentées mardi à l'Assemblée nationale.

L'augmentation de la CSG est particulièrement rejetée par les personnes interrogées: 64% d'entres elles sont hostiles à l’augmentation de ce prélèvement obligatoire pour baisser les charges patronales. En revanche, la réforme du bac et la hausse du prix du paquet de cigarettes rencontrent une large adhésion auprès des sondés.

Un sondage qui vient confirmer celui publié jeudi par Atlantico et RMC, qui révélait que seuls 26% des Français avaient été convaincus par le discours d'Emmanuel Macron à Versailles.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !