Les annonces d'Emmanuel Macron pour l'égalité femmes-hommes, grande cause du quinquennat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les annonces d'Emmanuel Macron pour l'égalité femmes-hommes, grande cause du quinquennat
©Pixabay

Changer les choses

Les annonces d'Emmanuel Macron pour l'égalité femmes-hommes, grande cause du quinquennat

Dans un discours prononcé ce samedi, le président a listé ses priorités dans la lutte pour l'égalité entre les hommes et les femmes.

Un mois et demi après le début de l'affaire Weinstein, qui a libéré la parole de nombreuses femmes sur les violences et le harcèlement sexuel dont elles sont victimes, Emmanuel Macron a lancé ce samedi un plan d'actions à ce sujet, déclaré grande cause nationale.

En cette Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, Emmanuel Macron a d'abord observé une minute de silence en mémoire  des 123 femmes tuées par leur conjoint ou ancien conjoint en 2016 en France, avant de détailler ses trois priorités pour le quinquennat : "l’éducation et le combat culturel en faveur de l’égalité", un "meilleur accompagnement des victimes" et un "renforcement de l’arsenal répressif".

"Les crédits dédiés à la lutte contre les violences faites aux femmes ont déjà été augmentés de 113 % et seront sanctuarisés", a annoncé Emmanuel Macron, qui précise que 420 millions d’euros seront alloués en 2018 pour défendre l’égalité entre les femmes et les hommes. Puis le président et les ministres de l'Éducation, de la Justice, de la Santé, du Travail ainsi que la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, ont décliné une série de mesures plus précises, comme la mise en place, dès 2018, d’un "module d’enseignement" dans toutes les écoles publiques consacré "à la prévention et à la lutte contre le sexisme, le harcèlement et les violences" faites aux femmes, un "grand plan de formation initiale et continue déployé dans le secteur public, avec une attention particulière portée sur la formation des cadres" et une extension des pouvoirs du CSA pour qu'il régule les vidéos sur Internet ou les jeux vidéo comprenant des "contenus qui peuvent fragiliser ou conduire à la violence contre les femmes".

Des unités hospitalières pour la "prise en charge psychotraumatique" des femmes victimes de violences vont être créeées, ainsi qu'un système de "signalement en ligne pour les victimes de violences sous forme de discussion interactive instantanée, avec un policier formé et disponible 24 heures sur24 et 7 jours sur 7".

L'arsenal répressif devrait évoluer, avec la mise en place d'un âge de consentement minimal à un acte sexuel - que Macron voudrait voir être établi à 15 ans - et une extension des délais de prescription pour les cas de violences sexuelles sur des mineurs, qui devrait passer de 20 à 30 ans. 

Emmanuel Macron a aussi annoncé la création d'un "délit d’outrage sexiste" punissant le harcèlement de rue, qui sera "verbalisable immédiatement pour un montant dissuasif".

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !