Les amendes de la SNCF pourraient augmenter de 40 à 100 % | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La fraude coûterait 500 millions d'euros par an à la SNCF.
La fraude coûterait 500 millions d'euros par an à la SNCF.
©Reuters

Halte !

Les amendes de la SNCF pourraient augmenter de 40 à 100 %

Une réunion a lieu ce jeudi entre la direction de la SNCF et le gouvernement pour décider d'une meilleure stratégie de lutte contre la fraude, qui coûterait 500 millions d'euros chaque année.

Les fraudeurs plus que jamais dans le viseur de la SNCF. Voilà que depuis quelques mois, son patron, Guillaume Pépy, répète à qui veut l'entendre que la chasse aux resquilleurs allait s'intensifier. "D'ici un à deux mois, nous allons présenter un plan de lutte, qui sera musclé", avait martelé de son côté le directeur des TER et Intercités à la SNCF, Alain Le Vern en septembre dernier.

Le week-end dernier, Guillaume Pépy, lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro, a expliqué que la lutte à la fraude pourrait passer par une augmentation du prix des amendes. Selon RTL, cette augmentation pourrait atteindre 40 à 100%. L'amende forfaitaire pour un billet non composté passerait alors de 10 20 euros, celle pour un voyage sans billet de 35 à 50 euros et même de 50 à "au moins 100 euros" si elle n'est pas réglée sur place. Les clients sans billet qui se manifesteraient spontanément aux contrôleurs verraient également leur majoration s'alourdir, passant de 4 à 7 euros pour els trajets de moins de 150 km, et de 10 à 15 euros pour les autres.

Déjà en septembre, la SNCF avait limité à sept jours la validité des titres de transport sans réservation, contre 61 avant. Guillaume Pépy avait dénoncé une fraude qui "devient un problème de société en France, qui est extrêmement lourd, non seulement pour la boîte, mais pour ceux qui paient."

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !