Législative partielle du Doubs : le PS et l'UMP "inquiets" du score du FN, Marine Le Pen y voit "un signe très encourageant" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Marine Le Pen, "le FN qui est le grand vainqueur de l'élection"
Pour Marine Le Pen, "le FN qui est le grand vainqueur de l'élection"
©Reuters

Réactions politiques

Législative partielle du Doubs : le PS et l'UMP "inquiets" du score du FN, Marine Le Pen y voit "un signe très encourageant"

Si les autres partis font grise mine, le FN a vu dimanche soir dans sa défaite de plusieurs centaines de voix au second tour de la législative partielle du Doubs une forme de victoire et un motif d'espoir pour les élections à venir.

Le PS s'en sort bien. Dans son duel qui l'opposait à la candidate du Front national, Sophie Montel, arrivée en tête du 1er tour avec 32,60% des voix, Frédéric Barbier l'a finalement emporté avec 51,43% des voix. Cette partielle dans le Doubs avait une valeur de test selon l'ensemble de la classe politique. Un bon indicateur avant les prochaines départementales. La victoire du PS à entraîné des réactions politiques.

A GAUCHE

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste

"Si cette victoire est une éclaircie, elle ne constitue en rien une embellie. Elle ne met en aucun cas un coup d'arrêt à la dynamique du bloc réactionnaire. L'arrivée en tête de la candidate frontiste au premier tour ainsi que son score aujourd'hui sont des coups de semonce supplémentaires pour les forces républicaines de notre pays. Pour 2017, le danger demeure, non pas d'un 21 avril inversé mais d'un 21 avril aggravé, qui pourrait voir le Front national l'emporter. Le Parti socialiste assume sa responsabilité, admet l'urgence à agir et souhaite la mise en oeuvre rapide de chantiers de l'égalité afin de réduire au plus vite les inégalités qui rongent la République de l'intérieur. Une autre urgence doit animer l'ensemble des forces de gauche : l'urgence à s'unir. Cette élection partielle dans le Doubs le dit crûment : entretenir le fantasme d'un "Syriza français", en voulant affaiblir le Parti socialiste, ne provoquerait rien d'autre que la Bérézina de la gauche française". 

Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée

"La montée du Front national ne peut plus être regardée comme une fatalité. Lorsqu'on décide de livrer bataille et de se rassembler autour de nos valeurs et de nos principes républicains, c'est la France qui gagne. À quelques semaines des élections départementales, ce scrutin doit sonner comme le signal du rassemblement. La gauche n'a pas vocation à être le spectateur ou le commentateur de la marche de l'extrême droite vers le pouvoir"

Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée

"Rassembleur et proche des citoyens, Frédéric Barbier incarne la gauche du travail et de la justice sociale qui croit en l'avenir de cette grande région industrielle et populaire. C'est aussi la victoire des républicains qui ont su dépasser leurs différences et faire la différence entre une formation qui fait vivre les valeurs de la République et un parti extrémiste qui propage la haine et la division. Je regrette cependant que la cacophonie et l'ambiguïté des dirigeants de l'UMP n'aient pas permis de réaliser un rassemblement encore plus large".

Le Parti communiste français

"Ce résultat ne saurait masquer le désaveu que cette partielle représente pour le gouvernement et pour sa politique. Alors que Pierre Moscovici avait été élu largement en 2012, le candidat socialiste a remporté cette élection d'une courte tête sur le rejet du FN. [...] Ce n'est pas un chèque en blanc ou encore moins une adhésion aux choix économiques et sociaux du député socialiste. [...] Ce résultat sonne aussi comme un échec de la stratégie du "Ni-Ni" défendue par l'UMP de Nicolas Sarkozy. Le PCF salue les électrices et les électeurs qui, par leur participation électorale, ont rejeté le Front national".

A DROITE

Brice Hortefeux, ancien ministre UMP sur LCI et Radio Classique


"Le PS fait monter le Front National et le Front National fait gagner le PS. C'est ce que l'on appelle de l'entre-soi (...) Ce résultat est un résultat en trompe-l'oeil pour le PS: au premier tour, le candidat PS a reculé de 12%, c'est en réalité une Berezina."

Guillaume Larrivé, député UMP

"Le parti mariniste, s'il arrivait au pouvoir, serait un accélérateur du déclin national. À nous, la droite, de proposer un autre chemin." (tweet)

Daniel Fasquelle, député UMP du Nord

"Si le FN est au plus haut, c'est la conséquence directe de trois ans de Hollande. Plus que jamais, PS et FN sont des alliés objectifs." (tweet) 

Roger Karoutchi,sénateur UMP des Hauts-de-Seine

"Élection du Doubs traduit l'effet ciseau : résistance de la gauche, progression du FN. Droite et Centre doivent avoir un seul candidat en 2017 !" (sur Twitter) 

AU FRONT NATIONAL 

Marine Le Pen, présidente du FN

"Le grand vainqueur de la législative partielle du Doubs, même si sa candidate a perdu face au PS, c'est le FN. Je pense que le PS a gagné d'un cheveu, mais c'est le FN qui est le grand vainqueur de l'élection. Cette élection nous apporte beaucoup d'enseignements très prometteurs pour l'avenir : les consignes de l'UMP pas suivies par leurs électeurs (...) Demain ça fera des victoires dans de nombreux cantons et de nombreuses circonscriptions. L'inquiétude n'est pas dans notre camp mais dans le leur".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !