Le virus Ebola a franchi le seuil des 1000 morts en Afrique de l'Ouest | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le virus Ebola a franchi le seuil des 1000 morts en Afrique de l'Ouest
©

Triste nouvelle

Le virus Ebola a franchi le seuil des 1000 morts en Afrique de l'Ouest

Selon le dernier bilan obtenu par l'organisation mondiale de la santé, la fièvre hémorragique a fait 1013 victimes. C'est la plus grave épidémie depuis sa découverte en 1976.

D'après un nouveau bilan mis à jour ce lundi 11 août, l'OMS a répertorié plus de 1000 personnes tuées par le virus Ebola sur les 1848 cas dénombrés en Afrique de l'Ouest. Présentée comme "une urgence de santé publique de portée mondiale" par l'OMS, la fièvre hémorragique Ebola continue de toucher les pays de l'Afrique de l'Ouest.

Alors que la Guinée a commencé à fermer une partie de sa frontière le 9 août dernier, le Nigeria a fait appel aux volontaires et la Sierra Leone peine toujours à faire respecter les mesures sécuritaires de quarantaine. D'après l'organisation mondiale de la santé, le Nigeria, pays le plus peuplé du continent africain, est aussi le plus touché par l'épidémie, qui continue sa progression. Ce lundi, le Liberia a procédé à la mise en quarantaine d'une nouvelle province, Lofa, située au nord du pays.

D'après la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, cette décision "a été prise par la force opérationnelle de lutte contre Ebola. Nous voulons protéger les populations non encore affectées", a-t-elle affirmé. La Côte d'Ivoire a quant à elle annoncé "la suspension jusqu'à nouvel ordre des vols d'Air Côte d'Ivoirre à destination et en provenance des pays affectés par la maladie". Proche de la Guinée, le Sénégal a également pris des mesures pour repousser l'épidémie. 

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !