Le président Boutelfika hospitalisé en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le président Boutelfika hospitalisé en France
©

A l'hôpital

Le président Boutelfika hospitalisé en France

Il ne s'agirait que d'un contrôle bénin, selon la présidence algérienne. En juin dernier, Abdelaziz Bouteflika avait déjà été admis à l'hôpital du Val-de-Grâce, à Paris.

C'est la deuxième fois en quelques mois. Ce mardi, l'agence de communication de la République algérienne a annoncé l'hospitalisation de son président à l'hôpital du Val-de-Grâce, à Paris.

"Pour parachever son bilan de santé, initié à Alger, et dans le cadre d'une visite médicale routinière de contrôle, arrêtée et programmée depuis le mois de juin 2013, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, séjourne à l'hôpital Val-de-Grâce, depuis lundi 13 janvier 2014 et ce, jusqu'au vendredi 17 janvier 2014", précise le communiqué. "Aucune procédure d'urgence n'a dicté ce déplacement prévu et arrêté depuis son séjour à l'institution nationale (française) des Invalides à Paris", ajoute le communiqué qui assure également que l'état de Boutelfika s'améliore "sûrement" et de "façon progressive

En juin dernier, le président algérien de 76 ans avait déjà passé 80 jours à l'hôpital militaire après un accident vasculaire cérébral.

Cette hospitalisation relance les doutes sur sa capacité à assurer les quelques mois qui restent jusqu'à la fin de son mandat. Les prochaines élections présidentielles auront lieu en avril prochain.

Cependant, le secrétaire général du parti au pouvoir, le Front de libération nationale (FLN), Amar Saâdani, a assuré ce week-end que le président Abdelaziz Bouteflika annoncera sa candidature aux prochaines présidentielles après la convocation du corps électoral, attendue dans quelques jours. "Aucun autre candidat ne représentera le parti", a-t-il précisé. Les observateurs ont du mal à y croire… 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !