Le philosophe Michel Foucault abusait sexuellement de jeunes garçons tunisiens selon l'intellectuel Guy Sorman | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Michel Foucault
Michel Foucault
©Flickr

Silence

Le philosophe Michel Foucault abusait sexuellement de jeunes garçons tunisiens selon l'intellectuel Guy Sorman

Selon Guy Sorman, Foucault, décédé en 1984 à l'âge de 57 ans, était un violeur pédophile, et la presse était au courant

Dans une interview, au Sunday Times britannique, l'intellectuel français Guy Sorman a affirmé que Foucault, décédé en 1984 à l'âge de 57 ans, était un violeur pédophile qui avait  des relations sexuelles avec de jeunes enfants arabes alors qu'il vivait en Tunisie à la fin des années 1960.

Sorman a déclaré avoir découvert le comportement de Foucault après avoir rendu visite au défunt philosophe en Tunisie où il vivait en 1969. «De jeunes enfants couraient après Foucault en disant:« Et moi? Prends-moi, prends-moi »», a-t-il déclaré .

«Ils avaient huit, neuf, dix ans. Il leur jetait de l'argent et disait «Rendez-vous à 22 heures à l'endroit habituel». Il y ferait l'amour sur les pierres tombales avec de jeunes garçons dans le cimetière de Sidi Bou Said, dans la banlieue de Tunis. La question du consentement n'a même pas été soulevée.

Sorman a ajouté que la presse était au courant de la conduite de Foucault, mais qu'elle hésitait à publier des articles en raison de son statut de «roi philosophe» de France aussi bien que de «dieu».

Le philosophe décédé en 1984 a signé une pétition en 1977, qui cherchait à légaliser les relations sexuelles avec des enfants âgés de 13 ans ou plus.

Le site tunisien d'information Kapitalis souligne la lâcheté des autorités tunisiennes d el'époque qui étaient parfaitement au courant vu la  surveillance policière exercée sur les étrangers à l'époque, surtout dans un petit village comme Sidi Bou said où tout se savait.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !