Le pape François, négociateur de choix entre Cuba et les USA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François et Barack Obama en mars dernier au Vatican.
Le pape François et Barack Obama en mars dernier au Vatican.
©Reuters

Intermédiaire

Le pape François, négociateur de choix entre Cuba et les USA

Le chef de l'Eglise catholique est discrètement intervenu dans les discussions entre les deux frères ennemis. Plus que jamais, il prouve son influence et sa popularité.

Le pape François, un superpape ? Profitant d'une large popularité et pas que parmi les fidèles, le chef de l'Eglise catholique a fortement œuvré pour le rapprochement historique entre les Etats-Unis et Cuba, en froid de puis 1962. Une intervention qui marque par la même occasion le retour en force du Vatican dans les relations diplomatiques.
C'est à l'été 2014 que le travail du pape a porté ses fruits. Voilà plus d'un an que des négociations secrètes sont en cours entre le régime communisme et le géant américain. Avec l'aval de Barack Obama, le souverain pontifie décide de s'en mêler. En mars dernier, le président américain se rend au Vatican. Les deux hommes parlent de nombreux sujets, Cuba est également abordé. "Le pape François a compris que le président Obama envisageait cette série de changements", commente un responsable américain.
C'est alors que le pape François rédige deux courriers, l'un pour le président américain, l'autre pour le chef de l'Etat cubain. Dans ces deux lettres, il les invite "à résoudre les questions humanitaires d'intérêt commun, parmi lesquelles la situation de certains détenus, afin de lancer une nouvelle phase dans les rapports entre les deux parties", indique le Vatican dans un communiqué.
Loin de s'arrêter à cette première étape, le pape François a invité en octobre des délégations américaines et cubaines à venir au Vatican afin de finaliser les termes de ce rapprochement, comme, notamment l'échange de prisonniers.
Une action saluée mercredi par Barack Obama dans son discours pour expliquer le rapprochement de son pays avec l'île cubaine. "Je veux remercier Sa Sainteté, le pape François, dont l'exemple moral nous montre l'importance de rechercher un monde tel qu'il devrait être, plutôt que de se contenter du monde tel qu'il est.", a ainsi salué Barack Obama.
Pour certains, les origines sud-américaines du Pape, ainsi que son appartenance à l'ordre Jésuite, ordre dans lequel Fidel Castro a reçu son éducation, y serait pour beaucoup pour l’apaisement des relations entre les USA et Cuba.
Lu sur The Daily Beast

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !