Le pape François estime qu'il n'est pas "juste d’associer islam et violences" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François estime qu'il n'est pas "juste d’associer islam et violences"
©REUTERS / Tony Gentile

Parole de pape

Le pape François estime qu'il n'est pas "juste d’associer islam et violences"

Le souverain pontife s'est exprimé ce dimanche sur le récent assassinat d'un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray.

Lutter contre les amalgames. Interrogé ce dimanche sur le récent assassinat à Saint-Étienne-du-Rouvray d'un prêtre catholique par deux hommes se réclamant de l'Etat islamique, le pape François a tenu à apporter son soutien à la religion musulmane en déclarant qu'il était injuste d'associer islam et violence.

"Il n’est pas vrai et il n’est pas exact de dire que l’islam c’est le terrorisme", a commenté le pape lors d'une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait de Pologne, où il a passé cinq jours à l’occasion des Journées mondiales de la jeunesse. "Je ne pense pas qu’il soit juste d’associer islam et violences", a dit le pape.

Le souverain pontife a renchéri en déclarant que les violences pouvaient être commises par des hommes de toute les religions. "Tous les jours quand j’ouvre les journaux, je vois des violences en Italie, quelqu’un qui tue sa petite amie, un autre qui tue sa belle-mère, et ce sont des catholiques baptisés. Si je dois parler de violences islamiques, je dois aussi parler de violences chrétiennes. Dans presque toutes les religions, il y a toujours un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons, nous aussi".

Il a également condamné "le dieu de l'argent". Selon lui, le terrorisme "prospère quand le dieu de l’argent est placé en premier" et "quand il n’y a pas d’autre option". Puis d'ajouter : "Combien parmi nos jeunes Européens avons-nous abandonné sans idéal, sans travail ? Alors ils se tournent vers les drogues, vers l’alcool, et vont là-bas s’engager avec les groupes fondamentalistes". 

Lire notre dossier : le risque terroriste en France

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !