Le pape François accepte d’être assassiné mais ne veux pas que cela soit douloureux car il dit être une "mauviette" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François
Le pape François
©Reuters

Confidence papale

Le pape François accepte d’être assassiné mais ne veux pas que cela soit douloureux car il dit être une "mauviette"

Le souverain pontife a fait ses révélations à un tabloïd argentin, La Carcova News, alors qu'il est est la cible de plusieurs menaces.

Le pape, une mauviette ? Interrogé par un tabloïd argentin, La Carcova News, le pape François s'est laissé aller à de surprenantes confidences ce mardi. "La vie est dans les mains de Dieu", a-t-il expliqué. "J'ai dit au Seigneur: Prends soin de moi. Mais si par ta volonté, quelque chose m'arrive, je ne te demande qu'une chose, fais en sorte que cela ne me fasse pas mal" a dit le pape avant d'ajouter : "je suis une vraie mauviette dès qu'il s'agit de la douleur physique".

Des déclarations inattendues et un ton plutôt léger pour un sujet qui reste très sérieux. Depuis son intronisation, le pape est sous la menace de plusieurs organisations. Pendant des mois, les terroristes de l'Etat islamique l'ont clairement menacé, prétendant qu'il était "le porteur d'une fausse vérité". Domenico Giani, le chef de la sécurité du Vatican, a d'ailleurs estimé que "la menace est bien réelle". La police italienne a également indiqué que le pape était dans le collimateur de la Mafia.

Le Saint-Père a également profité de cette interview pour dénoncer les ravages du trafic de drogue en Argentine. Il a déclaré qu'il reviendrait "en principe" dans son pays d'adoption en 2016.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !