Le général Philippe Rondot, un des acteurs de l'affaire Clearstream, est décédé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le général Philippe Rondot, un des acteurs de l'affaire Clearstream, est décédé
©FRED DUFOUR / AFP

RIP

Le général Philippe Rondot, un des acteurs de l'affaire Clearstream, est décédé

Les fiches de ce général, qui avait pour habitude de tout noter, avaient été au coeur du procès Clearstream en 2009.

Le général Philippe Rondot, un des acteurs de la tentaculaire affaire financière Clearstream, est mort à l’âge de 81 ans et a été inhumé samedi à Fléty (Nièvre), près de Nevers, rapporte Europe 1. L'inhumation a eu lieu "dans la plus grande discrétion", indique la radio, qui ne précise pas la date ni les causes de son décès.

Le général Philippe Rondot, surnommé "le général de l’ombre", était à la retraite depuis fin décembre 2005.Lors de sa longue carrière dans le renseignement, il a participé à l'arrestation du terroriste Carlos, aux négociations pour la libération des otages du monastère algérien de Tibhirine, à la libération des otages français au Liban en 1986, et avait même exfiltré lui-même le président libanais Michel Aoun en 1990 Philippe Rondot a été un acteur majeur du renseignement français, sous le pseudonyme de « Max » pendant de nombreuses années.

Il a plus récemment été l'un des acteurs de l'affaire Clearstream, cette affaire qui portait sur la falsification de listings de la compagnie de clearing bancaire Clearstream. L'investigation s'était en grande partie basée sur les carnets du général qui avaient mis au jour les relations entre services secrets et pouvoir politique. Il s'était dit scandalisé d'être mêlé à l'affaire même s'il n'a finalement pas été mis en cause. 

Contacté par Europe 1, son ancien avocat, Me Éric Morain, a fait part de son émotion. "Je garde le souvenir d'un homme droit et intègre, avec le souci de la préservation de la réputation de nos services chevillé au corps. C'était un spécialiste de ces pays où, jusqu'à une période récente, il était le seul à aller en solitaire". 

"Il est mort comme il a toujours voulu vivre : en secret", a ajouté l'avocat.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !