Le corps d'Abou Bakr al-Baghdadi a été immergé en mer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Le corps d'Abou Bakr al-Baghdadi a été immergé en mer
©AFP

Etat islamique

Le corps d'Abou Bakr al-Baghdadi a été immergé en mer

Suite à une intervention militaire américaine, Donald Trump a annoncé ce dimanche la mort du dirigeant de l’organisation Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi. Son corps aurait depuis été immergé en mer.

Le corps d'Abou Bakr al-Baghdadi a été immergé en mer après le raid militaire américain contre le repaire du chef du groupe Etat islamique en Syrie. Cette information a été confirmée en ce début de semaine à l'AFP par un responsable du Pentagone.

Ce responsable n'a pas donné d'autres détails sur cette inhumation en mer. Cette disposition rappelle l’inhumation d'Oussama ben Laden en 2011. Une mesure similaire avait en effet été appliquée après la mort du dirigeant d'Al-Qaïda lors de l'assaut d'une unité d'élite américaine contre son repaire secret au Pakistan. 

Le "traitement" du corps d’Abou Bakr al-Baghdadi a été fait "de façon appropriée selon la procédure (militaire) et en accord avec les lois de la guerre ". Ces informations ont été communiquées auprès des médias par le général Mark Milley (chef d’état-major de l’armée américaine). 

Le dirigeant de l'EI se trouvait dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. Abou Bakr al-Baghdadi aurait fait exploser la ceinture d'explosifs qu'il portait lors de l’assaut des troupes américaines. Il était acculé dans un tunnel avec trois de ses enfants, décédés avec lui. 

Sa dépouille a ensuite été transportée "dans un endroit sécurisé pour faire confirmer son identité grâce à des analyses ADN".

Le Pentagone n’a donné aucun indice sur l'endroit précis et exact où l'armée américaine a déposé la dépouille du chef de l'organisation Etat islamique. Les Etats-Unis ont néanmoins choisi une immersion en mer.

La sépulture en mer aurait été choisie afin d’éviter qu'une éventuelle tombe ne devienne un lieu de "pélerinage".

L'administration Obama avait assuré, en 2011 pour Ossama Ben Laden, avoir respecté la tradition islamique. Le Pentagone a cette fois mis en avant les "lois de la guerre". Ces dernières heures, les autorités américaines n'ont pas évoqué la religion musulmane dans le cadre de l'inhumation d'Abou Bakr al-Baghdadi et du respect éventuel des rites funéraires et religieux. 

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !