Le coronavirus semble affecter aussi le cerveau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Le coronavirus semble affecter aussi le cerveau
©MEHDI FEDOUACH / AFP

Mauvaise nouvelle

Le coronavirus semble affecter aussi le cerveau

Plusieurs médecins et chercheurs ont observé des troubles neurologiques chez des patients atteints du coronavirus.

Le coronavirus, apparu en décembre 2019 en Chine, reste encore méconnu et les chercheurs et médecins vont de (mauvaises) surprises en surprise. Dernière en date : il semblerait que le virus provoque des troubles neurologiques chez certains patients : confusion, agitation perte de mémoire, etc.

Les médecins de New York qui alertent sur ce phénomène expliquent que cette perte de repères est parfois due au manque d'oxygène dans le sang, mais ce qui les inquiète est que certains malades montrent des niveau de confusion sans commune mesure avec l'état de leurs poumons. Dans la revue de l'Association de médecine américaine (Jama), des médecins ont rapporté que 36% de 214 patients chinois avaient des symptômes neurologiques, allant de la perte d'odorat à des douleurs nerveuses, et jusqu'à des crises convulsives et des accidents vasculaire cérébraux (AVC). Dans le New England Journal of Medicine, une autre revue médicale américaine, des médecins français à Strasbourg ont décrit que plus de la moitié de 58 patients en réanimation étaient confus ou agités.

Les virologues ne sont pas totalement surpris à l'idée que ce nouveau coronavirus puisse affecter le cerveau et le système nerveux, car c'est déjà le cas de d'autres virus, notamment le VIH. Mais celà signifie, dans la pandémie actuelle, qu'il peut être bon de consulter un médecin en cas de confusion ou de problèmes pour réfléchir, et pas seulement en cas de difficultés à respirer.  

Les médecins ignorent encore si ces troubles sont durables, mais soulignent que le retour à la normale, pour les patients Covid, semble prendre plus longtemps que pour ceux qui ont survécu à une crise cardiaque ou un AVC.

Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !