Le club de rugby de Perpignan obtient à son tour une dérogation pour accueillir 8 000 spectateurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Loisirs
Le club de rugby de Perpignan obtient à son tour une dérogation pour accueillir 8 000 spectateurs
©diarmid Courrèges 000_Par3403990

CORONAVIRUS

Le club de rugby de Perpignan obtient à son tour une dérogation pour accueillir 8 000 spectateurs

La préfecture vient d'autoriser la venue de 8 000 spectateurs pour le match USAP-Colomiers à Perpignan le 21 août prochain.

Après le Puy du Fou, c'est au tour du club catalan d'obtenir une autorisation d'accueil de plus de 5000 personnes. L'annonce officielle de la nouvelle capacité d'accueil s'est faite sur les réseaux sociaux : "La Préfecture des Pyrénées-Orientales vient de nous annoncer officiellement que nous pourrons accueillir 8000 spectateurs au Stade Aimé Giral pour notre prochain match amical face à Colomiers Rugby", communique l'USAP sur sa page facebook.  

Pour son prochain match amical, le 21 août, Perpignan pourra donc acceuillir 8000 spectateurs face à Colomiers. 

Vendredi 21 août, le club catalan pourra ainsi accueillir 8 000 spectateurs pour son match amical face à Colomiers au stade Aimé Giral de Perpignan. Jusqu'à présent, la jauge d'un stade a été fixée à 5 000 spectateurs par le Gouvernement. En revanche, chaque club est en droit de demander une dérogation auprès de sa préfecture respective.

Une première dans le monde du sport français

Cette derogation est une première en France dans ce domaine. Les clubs nantais, bordelais et marseillais avaient déjà formulé des demandes toutes refusées. Seul le Puy-du-Fou a obtenu jusqu'alors une autorisation de plus de 5000 visiteurs. 

3000 places ont déjà été reservées par les abonnés. Les dirigeants du club devront déposer un nouveau dossier s'ils souhaitent organiser de nouvelles rencontres au délà des limites fixées par le Gouvernement. 



France 3

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !