Le chef du groupe terroriste État islamique au Grand Sahara, Adnan Abou Walid al Sahraoui, a été neutralisé par les forces françaises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Barkhane au Mali
Barkhane au Mali
©Daphné BENOIT / AFP

Guerre

Le chef du groupe terroriste État islamique au Grand Sahara, Adnan Abou Walid al Sahraoui, a été neutralisé par les forces françaises

Il aurait commandé l’assassinat de six travailleurs humanitaires français et de leurs guide et chauffeur nigériens

"Adnan Abou Walid al Sahraoui, chef du groupe terroriste État islamique au Grand Sahara a été neutralisé par les forces françaises. Il s’agit d’un nouveau succès majeur dans le combat que nous menons contre les groupes terroristes au Sahel." a annoncé sur son compte Twitter, Emmanuel Macron.

"La Nation pense ce soir à tous ses héros morts pour la France au Sahel dans les opérations Serval et Barkhane, aux familles endeuillées, à tous ses blessés. Leur sacrifice n’est pas vain. Avec nos partenaires africains, européens et américains, nous poursuivrons ce combat." a ajouté le président de la République.

Adnan Abou Walid al Sahraoui, chef du groupe djihadiste État islamique (EIGS) était considéré comme le commanditaire de l'assassinat de six travailleurs humanitaires français et de leurs guide et chauffeur nigériens.

L'EIGS est considéré comme l'auteur de la plupart des attaques dans la zone des trois frontières, à cheval sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

La ministre des Armées a elle aussi réagi : "Le chef de l’EIGS - n°1 de Daech au Sahel - est mort à la suite d’une frappe de la force Barkhane. Je félicite les militaires et agents de renseignement qui ont contribué à cette traque de longue haleine. C’est un coup décisif contre ce groupe terroriste. Notre combat continue."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !