Le camp de Grande-Synthe ravagé par les flammes après une rixe entre migrants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le camp de Grande-Synthe ravagé par les flammes après une rixe entre migrants
©AFP

Désastre

Le camp de Grande-Synthe ravagé par les flammes après une rixe entre migrants

La mairie pense qu'il s'agit de mises à feu volontaires, sur fond de tensions entre Afghans et Kurdes irakiens.

Le camp de Grande-Synthe n'aura pas eu le temps d'être évacué, il n'est désormais plus que cendres. Un violent incendie s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi ravageant la totalité des chalets qui abritaient 1500 migrants, dans le Nord. "Il sera impossible de remettre des cabanons à la place de ceux qui existaient auparavant", a déclaré à la presse le préfet du Nord. Une dizaine de blessés ont été recensés.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, c'est une rixe entre des Kurdes et des Afghans qui a éclaté. Six personnes ont été blessées à l'arme blanche. "Il a dû y avoir des mises à feu volontaires en plusieurs endroits différents, ce n'est pas possible autrement. Il semble que ce soit lié à des rixes, entre Irakiens et Afghans, c'est l'enquête qui le dira", a expliqué à l'AFP Olivier Caremelle, directeur de cabinet du maire de Grande-Synthe.

L'origine de la rixe serait due à l'arrivée massive de migrants afghans à Grande-Synthe, après le démantèlement par la jungle de Calais. "Les Afghans étaient mécontents d'être parqués dans les cuisines collectives tandis que les Kurdes dormaient dans des chalets dont le nombre n'a pas été accru"  raconte l'Obs.

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !