Le budget 2016 adopté par le Sénat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le texte devra désormais faire l'objet d'une commission mixte paritaire, composée de 7 députés et 7 sénateurs.
Le texte devra désormais faire l'objet d'une commission mixte paritaire, composée de 7 députés et 7 sénateurs.
©Reuters

Validé

Le budget 2016 adopté par le Sénat

Les amendements déposés par le gouvernement au lendemain des attentats du 13 novembre pour augmenter les moyens des missions sécurité ont été adoptés à l'unanimité.

Après avoir modifié en profondeur le budget 2016 contre l'avis du gouvernement, le Sénat (à majorité de droite), a adopté le texte ce mardi par 182 voix contre 157. Celui-ci devra désormais faire l'objet d'une commission mixte paritaire, composée de 7 députés et 7 sénateurs, afin que soit trouvée une version commune aux deux chambres. Si cette commission n'aboutit pas, l'Assemblée nationale (à majorité de gauche), sera alors décisionnaire.

Les amendements déposés par le gouvernement au lendemain des attentats du 13 novembre pour augmenter les moyens des missions sécurité, défense, justice et douane ont été adoptés à l'unanimité. "Nous ne voyons aucune contradiction entre pacte de sécurité et pacte de stabilité. Car la maîtrise de la dette est un des éléments de notre souveraineté" a déclaré le rapporteur général Albéric de Montgolfier.

"Pour que la croissance redémarre maintenant, pour que le déficit baisse comme la dette, il faut accélérer les réformes", a-t-il ajouté, avant d'évoquer les changements apportés par sa majorité: allégement des prélèvements obligatoires de 1,75 milliard d'euros; réduction de l'impôt sur le revenu pour 5 millions de contribuables ; prolongation du suramortissement Macron pour les entreprises; suppression de diverses taxes pour les agriculteurs. 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !