La "Veuve blanche" de l'attentat de Nairobi avait écrit un poème dédié à Ben Laden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La "Veuve blanche" de l'attentat de Nairobi avait écrit un poème dédié à Ben Laden
©

Littérature ?

La "Veuve blanche" de l'attentat de Nairobi avait écrit un poème dédié à Ben Laden

Les écrits de Samatnha Lewthwaite ont été retrouvés sur le disque dur d'un ordinateur dans un logement de Mombasa (Kenya).

Selon la chaîne de télévision britannique Sky News, Samantha Lewthwaite, alias la "veuve blanche", recherchée par Interpol, avait écrit un poème en hommage à Oussama Ben Laden. Un écrit découvert sur le disque dur d'un ordinateur trouvé dans un logement de Mombasa (est du Kenya) dans lequel elle s'engage à poursuivre son combat. "Oh Cheik Oussama, mon père, mon frère/Mon amour pour vous est à nul autre pareil/Oh Sheik Oussama maintenant que tu es parti/(...) Il nous revient de continuer ce que tu as commencé/Pour obtenir la victoire jusqu'à ce que nous devenions martyrs/ Pour insuffler la terreur parmi les non-musulmans", est-il notamment écrit.

Sky News en révèle également un peu plus sur cette femme dont le nom est revenu dans l'actualité au moment de l'attaque du centre commercial de Westgate, à Nairobi. Samantha Lewthwaite a vécu sept mois à Nairobi en louant un logement sous un faux nom, Natalie Faye Webb. La police a également découvert que la jeune femme "a passé huit années" à se renseigner sur la fabrication de bombes et les produits chimiques.

La "veuve blanche" est recherchée par le Kenya pour détention d'explosifs et complot en vue de commettre un crime. Si son nom a été lié au Westgate, les shebabs, qui ont revendiqué cette attaque, ont démenti sa présence - ainsi que la présence de femmes, en général - dans le commando. Son surnom de "veuve blanche" est une référence à Germaine Lindsay, son mari, qui fut l'un des kamikazes lors des attentats de Londres, le 7 juillet 2005.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !