La Russie menace les Pays-Bas de "graves conséquences" après avoir détecté un sous-marin néerlandais près de sa flotte en Méditerranée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La Russie menace les Pays-Bas de "graves conséquences" après avoir détecté un sous-marin néerlandais près de sa flotte en Méditerranée
©Reuters

Chaude ambiance

La Russie menace les Pays-Bas de "graves conséquences" après avoir détecté un sous-marin néerlandais près de sa flotte en Méditerranée

Le Kremlin a qualifié cette initiative de "maladroite et dangereuse".

Tensions entre la Russie et les Pays-Bas. D'après des informations du DailyMail, Moscou a accusé un sous-marin hollandais d'avoir voulu atteindre et suivre un de ses porte-avions, faisant partie de sa flotte située en Méditerannée. Cette action a été jugée par les autorités russes comme "maladroite et dangereuse". Selon les autorités russes, deux de ses hélicoptères anti-sous-marins ont détecté un appareil de la flotte néerlandaise, qui aurait tenté de s'approcher de sa flotte dans l'est de la Méditerranée. Le sous-marin se serait retrouvé à moins de vingt kilomètres de la flotte russe.

D'après Moscou, les navires russes détectent régulièrement des appareils de l'OTAN. Et ces manœuvres pourraient avoir des "conséquences très graves", a menacé le Kremlin dans un communiqué du ministère de la Défense.

Cette annonce intervient alors que les relations entre la Russie et le bloc occidental, notamment l'OTAN, connaissent une véritable situation de crise, un pic inédit de tensions depuis la fin de la Guerre Froide. L'organisation transatlantique craint notamment une offensive de Moscou sur les pays baltes et souhaiterait rendre opérationnelle une force de 300 000 hommes pour parer à toute éventualité. Ces derniers mois, le Kremlin a considérablement renforcé sa présence en Méditerranée, notamment du fait du conflit syrien.

Lu sur le DailyMail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !