La rave-party de Lieuron s'est achevée sans intervention des forces de l'ordre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La rave-party de Lieuron s'est achevée sans intervention des forces de l'ordre
©JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Fête sauvage

La rave-party de Lieuron s'est achevée sans intervention des forces de l'ordre

La fête sauvage du Nouvel an qui a réuni 2500 personnes au sud de Rennes a pris fin ce samedi 2 janvier.

La fête sauvage du Nouvel an organisée au sud de Rennes depuis le jeudi 31 décembre a pris fin ce samedi 2 janvier, les derniers fêtards quittant les lieux vers 8h du matin.

Au total, environ 2500 personnes venues de toute la France et de l'étranger ont participé à cette fête dans des hangars désafectés, au mépris des règles sanitaires et du couvre-feu mis en place pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

La fête s'est achevée d'elle-même : "Il n'y a pas eu d'intervention des forces de l'ordre", a précisé la préfecture d'Ille-et-Vilaine. Néanmoins, les gendarmes ont procédé à des opérations de contrôle des personnes qui quitaient les lieux. 1200 verbalisations notamment pour non respect du couvre-feu, non port du masque et participation illicite à un rassemblement ont été dressées, selon le minisètre de l'Intérieur.

"Les forces de sécurité intérieure, nombreuses cette nuit à ma demande et les contrôles intensifs mis en place, conduisent à l'arrêt de la rave party illégale à Lieuron sans violence. Nous poursuivons les contrôles et la verbalisation de chaque participant dès son départ du site", a tweeté le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Il a précisé que "camion, matériel de sons et générateurs ont été saisis".

"Les gendarmes, que je remercie pour leurs engagements, continuent minutieusement les contrôles et les verbalisations. Sous l’autorité du Procureur, une enquête judiciaire a été ouverte et les organisateurs sont et seront identifiés et poursuivis", a également tweeté le ministre de l'Intérieur ce samedi.

Jeudi, un véhicule de la gendarmerie avait été incendié et trois gendarmes blessés alors qu'ils tentaient d'empêcher l'installation de la rave party, rappelle-t-on.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !