La police a ouvert le feu sur une voiture lors d'une course poursuite en plein Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Les individus interpellés sont originaires du Val-d'Oise et âgés de 17 à 25 ans.
Les individus interpellés sont originaires du Val-d'Oise et âgés de 17 à 25 ans.
©France Bleu

Impressionnant

La police a ouvert le feu sur une voiture lors d'une course poursuite en plein Paris

Interpellé avec sa compagne, le conducteur du second véhicule est un malfaiteur connu de la police et fiché à 55 reprises.

Le quartier de Pigalle, dans le 9ème arrondissement de Paris, a été le théâtre d'une course poursuite aux alentours de 4 heures du matin dans la nuit de lundi à mardi, rapporte la chaîne TF1 sur son site internet. 

Après avoir remarqué que deux véhicules de la marque Porsche se déplaçaient dangereusement sur le boulevard de Clichy, les policiers de la Brigade anticriminalité (BAC) ont décidé de les prendre en chasse. Les véhicules utilisés par les suspects avaient été volés quelques heures auparavant, dans un box de Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine. Si les occupants du premier véhicule (une Porsche Cayenne) ont été rapidement interpellés, le conducteur de la seconde voiture (une Porsche 911), a pris la fuite. Ce dernier a même tenté de percuter les policiers qui ont ouvert le feu. 

Le véhicule est alors poursuivi pendant plus d'un quart d'heure à travers la capitale, avant de se diriger vers Clichy, puis Asnières-sur-Seine, Gennevilliers et enfin Saint-Denis, et sera finalement stoppé par une herse. Interpellé avec sa compagne, le conducteur du bolide est un malfaiteur connu de la police et fiché à 55 reprises. L'inspection générale des services a ouvert une enquête, et les quatre individus interpellés, originaires du Val-d'Oise et âgés de 17 à 25 ans, sont actuellement en garde à vue pour une durée de 48 heures. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !