La pêche au chalut qui racle les fonds marins, les détruit et libère autant de carbone que le transport aérien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Pêche
Pêche
©@SebToots

Pollution

La pêche au chalut qui racle les fonds marins, les détruit et libère autant de carbone que le transport aérien

On sait depuis de nombreuses années que ce type de pêche en eau profonde détruit les organismes qui posés sur le fond et leurs habitats

Les chalutiers de fond collectent les poissons et les crevettes des océans du monde en traînant d'énormes filets lestés sur le fond marin. À la poursuite de leurs prises ciblées, ces filets aveugles détruisent les coraux, les éponges de mer et tout ce qui se trouve sur leur passage.

Une nouvelle étude révèle que lorsque les chalutiers de fond remuent le fond marin, ils libèrent chaque année un énorme total de dioxyde de carbone dans les océans du monde - un  total égal aux émissions annuelles de l'ensemble de l'industrie aéronautique, signale Catrin Einhorn dans le New York Times .

Les sédiments marins que les chalutiers de fond remuent comme des motoculteurs sous-marins sont le plus grand réservoir de carbone de la planète, rapporte Karen McVeigh pour le Guardian . Lorsque ce carbone stocké se dissout dans les océans, il contribue à l'acidification des océans et réduit la capacité déjà taxée de l'océan à extraire le dioxyde de carbone de l'atmosphère. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !