La Norvège entérine la séparation de l’Eglise et de l’Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La Norvège entérine la séparation de l’Eglise 
et de l’Etat
©

Modernisation

La Norvège entérine la séparation de l’Eglise et de l’Etat

La Norvège était l'un des derniers pays développés à avoir une religion d'Etat.

Le Parlement norvégien a entériné aujourd'hui la séparation de l'Eglise et de l'Etat au terme d'une révision constitutionnelle très largement soutenue par les députés."La religion évangélique luthérienne ne sera plus la religion officielle du pays" et l'Eglise norvégienne recevra des fonds publics "de la même manière que les autres Eglises", a annoncé le Parlement dans un communiqué.
Comme le prévoit la Constitution norvégienne, la révision constitutionnelle a été entérinée par acclamation jeudi, trois jours après que les députés l'eurent adoptée à une écrasante majorité: 161 votes pour et 3 contre. "Aucun député ne s'est opposé", a indiqué le porte-parole du Parlement, Torodd Noreng. La séparation de l'Eglise et de l'Etat entrera officiellement en vigueur le 15 juin, a-t-il précisé.
Le Parlement souligne que "l'Eglise norvégienne continuera à occuper une place particulière dans la Constitution du pays, laquelle précise que l'Etat repose sur notre héritage chrétien et humaniste".
L'Eglise aura désormais l'autorité pour nommer sa hiérarchie sans l'aval du gouvernement. En outre, il ne sera plus obligatoire, ni pour la moitié du gouvernement ni pour le ministre des Affaires ecclésiastiques, d'être membre de l'Eglise norvégienne. La famille royale devra néanmoins continuer d'y appartenir. L'Eglise norvégienne, qui était favorable à la séparation, compte quelques 4 millions de membres, dans un pays de 4,7 millions d'habitants.
Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !