La mortalité routière a augmenté de 3,8 % au mois de juin 2014, avec 304 décès | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La mortalité routière a augmenté de 3,8 % au mois de juin 2014, avec 304 décès
La mortalité routière a augmenté de 3,8 % au mois de juin 2014, avec 304 décès
©Reuters

Prudence

La mortalité routière a augmenté de 3,8 % au mois de juin 2014, avec 304 décès

En mai 2014, la hausse était de 15,2 %, avec 258 décès, et en mars 2014, elle était de 28 %.

C’est le 4e mois de hausse consécutive depuis le début de l’année, rapporte, ce jeudi, Le Figaro. En juin, la mortalité routière a en effet augmenté de 3,8 %, avec 304 personnes tuées (contre 293 en juin 2013), après une hausse de 15,2 % en mai, 8 % en avril et 28 % en mars. Par rapport à l’an dernier, on constate un accroissement du nombre de tués sur les routes de 7,9 %. 

Piétons et cyclistes sont très touchés par cet accroissement de la mortalité puisqu’ils représentent 40 % de la hausse de la mortalité. Par ailleurs, le nombre de personnes hospitalisées après plus de 24 heures augmente également de 5,4%.

Comme le souligne le site du Figaro, les chiffres de 2013 avaient été exceptionnellement bas. Avec une diminution de 11 % des tués (3.250 contre 3.645 en 2012), la France avait ainsi connu un record.

Pour tenter d’enrayer cette hausse, à l’approche du week-end prolongé du 14 Juillet, l’un des plus chargés sur les routes de France, le gouvernement veut jouer sur la peur du gendarme. Ainsi, près de 15.000 gendarmes et policiers seront déployés sur les routes. “L'accent sera évidemment maintenu sur la lutte contre les excès de vitesse avec l'utilisation des radars mobiles de nouvelle génération, mais aussi contre la consommation d'alcool et de stupéfiants en particulier les fins de semaine et aux abords des établissements de nuit” explique, dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur.

 

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !