La mère de Vincent Humbert, Marie, est décédée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La mère de Vincent Humbert, Marie, est décédée
©JACQUES DEMARTHON / AFP

RIP

La mère de Vincent Humbert, Marie, est décédée

Elle était une figure majeure du débat sur la fin de vie en France.

Marie Humbert, mère de Vincent Humbert, s’est éteinte dans la nuit de samedi à dimanche dans l’Eure, à l'âge de 63 ans. Marie Humbert était hospitalisée depuis plus d’un an dans une clinique de l'Eure où elle luttait contre une maladie, selon une information de RTL.

Le 26 septembre 2003, au centre hélio-marin de Berck, Marie Humbert avait aidé son fils Vincent à mourir, en lui administrant une forte dose de barbituriques. En septembre 2000, à 19 ans, il était devenu tétraplégique, aveugle et muet après un grave accident de voiture. Il avait lui-même adressé une lettre au président Jacques Chirac pour lui demander le droit d’abréger ses souffrances. Le chef de l'Etat lui avait répondu : "je ne peux vous apporter ce que vous attendez".

Mise en examen pour "empoisonnement avec préméditation", Marie Humbert avait bénéficié d’un non-lieu en février 2006. Son geste avait lancé le débat sur la fin de vie en France, donnant lieu à la première loi Leonetti en 2005. Elle a instauré un droit au "laisser mourir" en donnant aux médecins la possibilité de décider collégialement "de limiter ou d'arrêter un traitement inutile, disproportionné ou n'ayant d'autre objet que la seule prolongation artificielle de la vie". Depuis, Marie Humbert continuait son combat pour la légalisation de l’euthanasie. 

« Je vous demande le droit de mourir », le livre posthume de Vincent écrit par le journaliste Frédéric Veille, s’était vendu à plus de 300 000 exemplaires

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !