La maison de Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Mohammed Merah, recouverte par des menaces de mort et des tags antisémites | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
La maison de Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Mohammed Merah, recouverte par des menaces de mort et des tags antisémites
©JOEL SAGET / AFP

Menaces

La maison de Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Mohammed Merah, recouverte par des menaces de mort et des tags antisémites

Ce lundi 10 juin, Latifa Ibn Ziaten, la mère d'un militaire assassiné à Toulouse par Mohammed Merah en mars 2012, a indiqué sur Twitter que sa maison avait été taguée dans la nuit. Des menaces de mort, des inscriptions antisémites et pro-Merah ont été inscrites.

La maison de Latifa Ibn Ziaten, la mère du militaire Imad Ibn Ziaten tué par Mohammed Merah en mars 2012, a été ciblée par des tags menaçants. Les faits se sont déroulés dans la nuit de dimanche à lundi, près de Rouen. 

Latifa Ibn Ziaten a publié les images sur Twitter : 

"En me réveillant ce matin, c’est sous le choc que j’ai découvert ces tags sur les murs de ma maison. Une nouvelle fois, je suis prise pour cible. [...] J’espère que les coupables seront retrouvés et punis de leur acte haineux". 

Des messages de haine, des tags antisémites, des menaces de mort et des mots en faveur de Mohammed Merah ont été inscrits : 

"Vive Merah", "On va t'avoir", "Juif bientôt mort". 

Latifa Ibn Ziaten a précisé qu'elle avait déposé plainte. La police s'est rendue sur place afin de constater les faits. 

Maître Samia Maktouf, l'avocate de la mère du militaire tué, a indiqué qu'elle allait déposer plainte pour "apologie du terrorisme, menaces de mort et violation de domicile" auprès de la section antiterroriste du parquet de Paris. 

En 2012, Latifa Ibn Ziaten a fondé une association, l'IMAD pour la jeunesse et la paix. L'objectif est de lutter contre la radicalisation et de promouvoir le vivre ensemble. 

RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !