La France vend 30 hélicoptères Caracal au Koweït pour plus d'un milliard d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La France vend 30 hélicoptères Caracal au Koweït pour plus d'un milliard d'euros
©Reuters

Business juteux

La France vend 30 hélicoptères Caracal au Koweït pour plus d'un milliard d'euros

En plus des appareils, le contrat prévoit également la formation des équipages, des mécaniciens, et la maintenance en conditions opérationnelles.

Un gros contrat de finalisé. Ce mardi, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a signé un contrat d'achat ferme par le Koweït de 30 hélicoptères français Caracal. Montant total estimé : plus d'un milliard d'euros.

Dans un communiqué, le ministre de la Défense a salué le choix du Koweït qui "consacre une nouvelle fois la cohésion de l'équipe France et la qualité des industries françaises de Défense. Par cette décision, le Koweït renforce encore le partenariat stratégique qui lie nos deux pays depuis plusieurs décennies alors que nous sommes aujourd'hui engagés côte à côte dans la lutte contre Daech en Irak et en Syrie"

L'accord a été passé avec Airbus Hélicoptères. Il prévoit la livraison du premier appareil dans 29 mois et du dernier dans 48 mois. Les appareils seront construits dans l'usine de Marignane, non loin de Marseille. En plus des appareils, le contrat prévoit également la formation des équipages, des mécaniciens, et la maintenance en conditions opérationnelles pendant au moins deux ans.

Les hélicoptères Caracal devraient être utilisés par l'armée koweïtienne essentiellement pour des missions de type "search and rescue " (sauvetage de pilotes abattus), de transport et d'appui au sol. Les appareils seront livrés armés de mitrailleuses,

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !