La France et l'Allemagne condamnent "une stratégie d'intimidation" de la Russie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La France et l'Allemagne condamnent "une stratégie d'intimidation" de la Russie
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Grosse ambiance

La France et l'Allemagne condamnent "une stratégie d'intimidation" de la Russie

Forence Parly et Ursula Von der Leyen, ministres de la Défense français et allemand, ont exprimés leur craintes vis-à-vis de l’opération Zapad, exercice de grande ampleur de l’armée russe.

Paris et Berlin haussent le ton. Réunis à Tallin, la France et l'Allemagne ont condamné les manœuvres russes Zapad-2017 (Ouest-2017 en russe) prévues la semaine prochaine aux frontières de l’Union européenne et de l’Otan, qui seraient au coeur d'une "stratégie d’intimidation" de Moscou, d'après Florence Parly, ministre de la Défense française. 

Selon son homologue Ursula Von Der Leyen, "il est indiscutable que nous allons assister à une démonstration de capacités et de pouvoir des Russes" à l’occasion de cet exercice. "Celui qui douterait de cela n’a qu’à regarder le nombre élevé de forces qui participent à l’exercice Zapad : plus de cent mille", a-t-elle poursuivi

100000 ? Un tel nombre serait légal en vertu des traités internationaux sur les exercices militaires, mais nécessiterait la présence d'observateurs internationaux. Le Kremlin avance, de son côté, le nombre de 12.700 soldats russes et bélarusses qui participeraient à cet exercice. C’est la première fois qu’un pays majeur de l'Otan cite l’estimation du nombre de participants jusqu’ici donnée par les pays baltes, parfois considérés comme alarmistes en raison de leur histoire difficile avec le puissant voisin russe. L’Otan a prévenu qu’elle serait vigilante avec ces manœuvres russes. Le traité fondateur de l’Otan prévoit qu’en cas d’agression contre un pays de l’Alliance, tous les autres membres voleront à son secours.

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !