La France a l'intention de s'opposer à la peine de mort en Irak pour les djihadistes français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
La France a l'intention de s'opposer à la peine de mort en Irak pour les djihadistes français
©LUDOVIC MARIN / AFP

Sort des prisonniers

La France a l'intention de s'opposer à la peine de mort en Irak pour les djihadistes français

La Garde des Sceaux était invitée sur BFMTV ce mercredi. Nicole Belloubet a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin. Elle a indiqué que les autorités "interviendraient" en cas de condamnation à mort des djihadistes français par la justice irakienne.

La ministre de la Justice Nicole Belloubet était invitée sur RMC et BFMTV dans la matinée du mercredi 27 février. A cette occasion, la Garde des Sceaux a précisé la position de la France si des djihadistes français étaient condamnés à mort en Irak. Elle répondait aux nombreuses questions de Jean-Jacques Bourdin. 

"Il y a déjà des Français qui sont jugés en Irak. (…) Il n'est pas illogique qu'ils soient jugés de leurs actes là où ils les ont commis. Il y a une limite. Notre pays n'accepte pas la peine de mort. Si tel est le cas, nous interviendrions pour demander que cette peine ne soit pas exécutée. C'est une condition sine qua non". 

La ministre de la Justice a indiqué qu'elle souhaitait que les autorités puissent assurer "un minimum de droit à un procès équitable. Nous veillons à ce que les droits de la défense soient assurés. Les Français concernés bénéficient de la protection consulaire". 

Treize Français, soupçonnés d'être liés à l'Etat islamique, ont été récemment remis aux autorités irakiennes par les combattants arabo-kurdes. Cette information a été révélée le lundi 25 février par le président irakien Barham Salih dans le cadre d'une conférence de presse commune avec Emmanuel Macron. Ces ressortissants risquent la peine de mort. 

Valeurs Actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !