L’Ukraine appelle les civils à constituer une puissante armée de drones | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un militaire ukrainien se tient sur le toit d'un véhicule de mobilité d'infanterie Kozak-2 à Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine
Un militaire ukrainien se tient sur le toit d'un véhicule de mobilité d'infanterie Kozak-2 à Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine
©MIGUEL MEDINA / AFP

Guerre en Ukraine

L’Ukraine appelle les civils à constituer une puissante armée de drones

De nombreux civils, mais aussi des donateurs du monde entier, mettent leurs drones à disposition de l'armée ukrainienne pour faire de la reconnaissance le long des lignes de front, repérer le déplacement des troupes russes et même diriger les tirs d’artillerie.

« C'est très important d'avoir un drone dans chaque unité de combat, car ce sont nos yeux dans le ciel », explique le lieutenant Anton Galiachinsky, 40 ans, expert en analyse de données visuelles.

Les Bayraktar TB2, des drones de combat turcs, ont beaucoup fait parler d'eux depuis le début du conflit, infligeant des dommages sévères aux blindés russes. Mais les drones de surveillance manquaient cruellement avant la guerre. Sans unité consacrée, Kiev doit compter sur le patriotisme et les dons pour l'équipement et la formation des pilotes. 

« L'un des aspects les plus importants de la formation est la sécurité », explique à l'AFP Anton Veklenko, pilote de drones depuis 2015 qui dirige la Global Drones Academy. Spécialiste de la photo par drone, ce dernier, 35 ans, enseigne désormais comment devenir un pilote, mais surtout comment ne pas devenir la cible des tirs russes.

« Au début de la guerre, beaucoup de nos militaires sont morts parce qu'ils ne savaient pas qu'ils étaient surveillés », assure-t-il. « Nous avons développé une méthode permettant au pilote de ne pas révéler sa position », poursuit-il sans en dire davantage.

Ces petits drones permettent à l'Ukraine de faire de la reconnaissance le long des lignes de front, de repérer les troupes et le matériel russe, voire de diriger à distance les tirs d'artillerie. Ils sauvent des vies ukrainiennes, mais ils sont chers et peu nombreux.

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !