L'Irak n'a plus de ministre des Finances, ou de l'Intérieur, ou de la Défense | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'Irak n'a plus de ministre des Finances, ou de l'Intérieur, ou de la Défense
©Ahmed Saad / Reuters

Stabilité

L'Irak n'a plus de ministre des Finances, ou de l'Intérieur, ou de la Défense

Hoshiyar Zebari, ministre des Finances, vient d'être renvoyé par le Parlement à cause d'allégations de corruption.

Hoshiyar Zebari, ministre des Finances de l'Irak, vient d'être renvoyé de son poste par le Parlement. Il est accusé de corruption. Zebari est un Kurde qui avait précédemment été ministre des Affaires étrangères et était au milieu de négociations avec le FMI pour garder à flot l'économie du pays, frappée de plein fouet par la baisse des prix du pétrole et la guerre contre l'État islamique, qui contrôle encore un tiers du pays. 

Ce fait risque d'accroître l'instabilité du pays qui, avec cette nouvelle démission, n'a maintenant plus, ni ministre des Finances, ni ministre de l'Intérieur, ni ministre de la Défense. Khaled al-Obaidi, un sunnite, fut ministre de la Défense jusqu'en août 2016 avant d'être renvoyé pour corruption, et n'a toujours pas été remplacé. Mohammed al-Ghabbane, ministre de l'Intérieur, a démissionné en juillet 2016 et n'a toujours pas été remplacé. 

L'incapacité du gouvernement irakien à se stabiliser et à assurer l'État de droit est une des principales sources d'instabilité dans la région, qui a notamment contribué à la montée de l'État islamique, aujourd'hui avec des conséquences mondiales. 

Via Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !