L'individu qui a profané la tombe du général de Gaulle était "fortement alcoolisé", et "regrette" son acte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
L'individu qui a profané la tombe du général de Gaulle était "fortement alcoolisé", et "regrette" son acte
©AFP

Sans commentaire

L'individu qui a profané la tombe du général de Gaulle était "fortement alcoolisé", et "regrette" son acte

"Il n'a fait aucune revendication et regrette les faits", pour lesquels il n'y a "aucun élément de préparation", a déclaré le procureur de Chaumont.

Moins d'une semaine après la dégradation de la tombe du général De Gaulle, l'auteur des faits a expliqué son geste, a indiqué ce mercredi le procureur de Chaumont lors d'une conférence de presse. L'individu arrêté mardi soir s'était rendu avec sa compagne dans la région "pour visiter les lieux" et "voir de la famille et des amis". L'auteur présumé des faits a expliqué être passé à l'acte après s'être "fortement alcoolisé" à l'occasion d'un déjeuner familial.

>>>> À lire aussi : "Napoléon et De Gaulle, Deux héros français" : politique, et si on prenait un peu de hauteur?

"Il n'a fait aucune revendication et regrette les faits", pour lesquels il n'y a "aucun élément de préparation", a assuré Frédéric Nahon. L'auteur présumé, âgé d'une trentaine d'années, a expliqué aux enquêteurs qu'il était ivre lorsqu'il a brisé la croix surplombant la tombe du général De Gaulle. 

Interpellé avec sa compagne "dans une commune entre Chaumont et Colombey", l'individu "a pris conscience dès le soir même de la gravité de son geste", mais dit pourtant "ne se souvenir de pas grand-chose pour l'instant". Une fois connu, son acte avait rapidement provoqué un vif émoi parmi les dirigeants politiques, dont celui du président de la République. 

L'homme sera traduit en comparution immédiate vendredi 2 juin devant le tribunal correctionnel de Chaumont. La famille de Gaulle, qui a porté plainte, sera partie civile. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !