L'étrange empressement de l'Etat à vouloir vendre le château de Grignon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le château de Grignon
Le château de Grignon
©Laurent Bourcier - Wikimedia

Quand c'est flou...

L'étrange empressement de l'Etat à vouloir vendre le château de Grignon

Un article rajouté discrètement dans le projet de loi Sapin 2 permet à l'Etat de céder très rapidement cette superbe bâtisse des Yvelines.

Mais quels mystères cachent la vente du château de Grignon, dans les Yvelines ? Cette superbe bâtisse du XVIIe siècle de style Louis XIII, entouré de 291 hectares, est inscrit à l’inventaire des monuments historique et dispose pêle-mêle d'une riche bibliothèque, d'un musée du Vivant et d'un exceptionnel arboretum (200 espèces différentes). Mais l'Etat ne semble plus compter sur ses charmes.

Selon un article de Marianne, le gouvernement a sorti son arme secrète, le "cavalier" législatif afin de se "débarrasser" du domaine.  Le cavalier législatif ? L'hebdomadaire évoque "un amendement qui n’a rien à voir avec la loi présentée devant les parlementaires mais que l’exécutif tente de faire voter en catimini, par pur opportunisme politique".

Explications : le 2 juin, un article 15 ter a été incorporé dans le projet de loi relatif à la lutte contre la corruption, dite "loi Sapin 2". Ce rajout de dernière minute permet aux occupants actuels du bâtiment, l’école d’ingénieurs AgroParisTech et à l’INRA, l’Institut national de la recherche agronomique, d'avoir plusieurs dérogations au code général de la propriété publique.

Cette disposition tardive autorise ainsi à ses deux institutions d’encaisser immédiatement le produit de la vente. Pourtant, Marianne parle d'un "des joyaux du patrimoine culturel et scientifique français". Selon Frédéric Delaméa, cité par l'hedomadaire, et membre actif du collectif pour le futur du site de Grignon, "il y a un gros loup derrière cet amendement surgi de nulle part"

Il se murmure que le futur acquéreur pourrait bien être l'émir du Qatar, Tamim al-Thani, qui s’est rendu sur place à plusieurs reprises...

Lu sur Marianne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !