L'Etat islamique revendique l'attaque du Texas lors du concours de caricatures de Mahomet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Deux hommes armés ont ouvert le feu contre un bâtiment dans lequel une association tenait un "concours de caricatures de Mahomet".
Deux hommes armés ont ouvert le feu contre un bâtiment dans lequel une association tenait un "concours de caricatures de Mahomet".
©Reuters

C'est bien eux

L'Etat islamique revendique l'attaque du Texas lors du concours de caricatures de Mahomet

L'organisation terroriste revendique donc ce mardi la fusillade qui a eu lieu dimanche à Garland.

"Deux soldats du califat ont mené une attaque contre un exposition de caricatures contre le prophète à Garland, Texas, Amérique", affirme l'Etat islamique qui a proclamé un "califat" entre l'Irak et la Syrie. L'organisation terroriste revendique donc ce mardi la fusillade qui a eu lieu dimanche à Garland, au Texas. Deux hommes armés ont ouvert le feu contre un bâtiment dans lequel une association tenait un "concours de caricatures de Mahomet".

Des policiers qui se trouvaient sur place ont abattu les deux suspects quelques secondes seulement après les premiers tirs. Les noms de ces deux tireurs présumés ont été dévoilés dans la presse américaine. Elton S., un djihadiste présumé surveillé par le FBI dans le passé, et Nadir S., son colocataire. Le premier, âgé de 34 ans, avait fait part dans le passé de sa volonté de partir faire le djihad en Somalie, où sont implantés les shebab, la branche locale d'Al Qaïda.

L'événement rappelle évidemment les attentats de janvier 2015, en France. Les deux hommes "se sont approchés en voiture" du Curtis Culwell Center de Garland, où se tenait ce concours controversé. Alors que les festivités se terminaient, ils ont ouvert le feu. Un officier de sécurité a d'abord été pris pour cible, mais n'a finalement pas été blessé.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !