L'Etat islamique a fait exploser plusieurs monuments funéraires à Palmyre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les combattants de l'Etat islamique se sont emparés de la cité antique de Palmyre le 21 mai 2015.
Les combattants de l'Etat islamique se sont emparés de la cité antique de Palmyre le 21 mai 2015.
©Wikimédia

Saccage

L'Etat islamique a fait exploser plusieurs monuments funéraires à Palmyre

Il s'agit selon toute vraisemblance des célèbres tombeaux d'Elahbel, de Jamblique et de Khitôt construits par des riches familles de Palmyre.

Selon chef des Antiquités syriennes Mammoun Abdelkarim, les djihadistes de l'Etat islamique ont détruit au moins trois tours funéraires dans la cité antique de Palmyre (Syrie).

"Ils ont fait exploser trois des tours funéraires, celles qui étaient les mieux préservées, les plus belles" a-t-il expliqué ce vendredi, alors que deux des plus beaux temples de Palmyre ont été détruits par le groupe Etat islamique au cours des deux dernières semaines. 

"Nous avions reçu des rapports il y a dix jours mais nous venons de confirmer l'information (…) Nous avons obtenu des images satellitaires du Syrian Heritage Initiative, un institut basé aux Etats-Unis, qui ont été prises le 2 septembre" précise le chef des Antiquités syriennes.

L'homme explique qu'il s'agit, selon toute vraisemblance, des célèbres tombeaux d'Elahbel, de Jamblique et de Khitôt "construits par des riches familles de l'antique Palmyre et qui étaient le symbole de l'essor économique de la ville durant les premiers siècles après J.-C"

"Palmyre est connue pour ses tours funéraires qui sont caractéristiques de l'architecture de la ville" rappelle-t-il. Les combattants de l'Etat islamique se sont emparés de la cité antique de Palmyre le 21 mai 2015 (à 205 kilomètres à l'est de Damas).

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !