L'état d'urgence "sans doute" prolongé jusqu'à la présidentielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
L'état d'urgence "sans doute" prolongé jusqu'à la présidentielle
©Reuters

Etat d'urgence permanent

L'état d'urgence "sans doute" prolongé jusqu'à la présidentielle

Manuel Valls a déclaré ce dimanche à la BBC que l'état d'urgence serait "sans doute" prolongé de "quelques mois", dans la perspective de l'élection présidentielle.

Un an après les attentats du 13 novembre 2015 qui ont endeuillé la France, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé ce dimanche dans un entretien à la radio britannique BBC que l'état d'urgence, instauré après les attentats et prolongé de six mois en juillet, allait probablement être prolongé.

"Il est difficile aujourd’hui de mettre fin à l’état d’urgence. D’autant plus que nous allons nous engager dans une campagne présidentielle dans quelques semaines avec des meetings, avec des réunions publiques. Donc il faut aussi protéger notre démocratie. Par ailleurs, ce dispositif d’état d’urgence nous permet aussi [de procéder à] des interpellations, des contrôles administratifs qui sont efficaces (…) Donc oui, nous allons vivre encore sans doute pendant quelques mois avec cet état d’urgence", a-t-il justifié.

Dans cet entretien pour l'émission HARDtalk, il a aussi estimé que le risque d'une attaque commando, du type de celles qui ont frappé Paris et Saint-Denis le 13 novembre, a "plutôt tendance à diminuer", même s'il précise rester "très prudent" à ce sujet. "En revanche nous pouvons faire face à des attaques du type de celle que nous avons connues à Nice. C’est-à-dire des individus qui sont actionnés directement par Internet, par des réseaux sociaux, par l’organisation Etat Islamique sans avoir eu besoin de passer par la Syrie ou par l’Irak", a-t-il ajouté.

Lu dans Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !