L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
©Fabrice COFFRINI / AFP

Viviane Lambert

L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils

Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, s’est confiée à la rédaction de Franceinfo ce samedi, un an après la disparition de son fils. Vincent Lambert est décédé le 11 juillet 2019 au CHU de Reims, après l'arrêt de ses soins.

Il y a un an, le 11 juillet 2019, Vincent Lambert décédait au CHU de Reims après l'arrêt de ses soins. Dans un état végétatif depuis 2008, cet homme de 42 ans au moment de son décès s'est retrouvé au cœur d'une bataille judiciaire opposant son épouse à sa mère, sur la question de l'arrêt des traitements. Un an après le décès de son fils, Viviane Lambert, "en dépression", s’est confiée à France Info.

Elle a indiqué qu’elle rêvait "toutes les nuits" de l'agonie de son fils.

"On a vu notre fils agoniser pendant ces nombreux jours, on l'a vu râler, on l'a vu suffoquer et ça, c'est abominable. Ça a été fait dans de très, très, très mauvaises conditions. On a supprimé mon fils, on l'a supprimé ! Il n'était pas en fin de vie ! Jamais j'accepterai qu'on ait tué mon enfant [...] Même s'il n'y avait pas d'amélioration, on ne jette pas les gens comme un Kleenex !". 

Favorable au placement de Vincent Lambert en maison spécialisée, elle regrette que cette option n'ait pas été retenue.

Poursuivi en justice par les parents de Vincent Lambert, son médecin a été relaxé. Viviane Lambert a fait appel.

Après la mort de Vincent Lambert, sa mère révèle être "très marquée par la division de [sa] famille". 

"Ça m'a toujours pesé, mais ça me pèse de plus en plus. Nous ne profitons plus de nos petits-enfants. Pour pardonner, il faut qu'on nous demande pardon aussi. Mais je suis prête, ma porte est ouverte. Moi je n'ai jamais coupé le fil. Je suis leur maman. Je les aime. Je souhaiterais bien, avant mon dernier voyage, les embrasser tous et être comme avant avec eux".

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !