L'avocat d'Abdeslam veut porter plainte contre le procureur François Molins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Me Sven Mary, l'avocat de Salah Abdeslam.
Me Sven Mary, l'avocat de Salah Abdeslam.
©Reuters

Défense

L'avocat d'Abdeslam veut porter plainte contre le procureur François Molins

L'avocat de Salah Abdeslam va déposer une plainte pour "violation de l'instruction" contre le procureur de la République de Paris.

Le procureur de Paris François Molins est revenu sur l'arrestation de Salah Abdeslam, samedi en fin de journée. Il a livré des premières informations, notamment la volonté du terroriste de "se faire exploser au Stade de France avant de faire machine arrière", selon ses propres termes.

L'avocat de Salah Abdeslam, Me Sven Mary, n'a visiblement pas apprécié ce point presse de François Molins. "La lecture d’une partie de l’audition de Mr Abdeslam en conférence de presse constitue une violation", a-t-il affirmé au quotidien belge Le Soir, après la conférence de presse du magistrat.

Ce dimanche, il a confirmé son intention de déposer plainte lundi. Le motif ? "Violation du secret de l'instruction. La lecture d'une partie de sa conférence de presse est une violation. C'est une faute et je ne peux pas la laisser passer", a-t-il déclaré à la chaîne RTBF. "Il a violé le secret de l'enquête. Jusqu'à présent, personne n'avait donné de détails sur l'enquête, seulement sur l'état médical de mon client et sur le déroulement de la procédure à venir",  a-t-il ajouté au quotidien De Standaard.

Cependant, le code de procédure pénale français, qui encadre le secret de l'instruction, permet à un procureur de s'y soustraire dans certaines conditions, notamment "afin d'éviter la propagation d'informations parcellaires ou inexactes ou pour mettre fin à un trouble à l'ordre public".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !