L'attentat de Charlie Hebdo salué comme un "acte héroïque" par les shebabs somaliens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le dessinateur et directeur de la publication Charb' est décédé lors de l'attaque.
Le dessinateur et directeur de la publication Charb' est décédé lors de l'attaque.
©REUTERS/Jacky Naegelen

Glaçant

L'attentat de Charlie Hebdo salué comme un "acte héroïque" par les shebabs somaliens

Les insurgés islamistes ont déclaré que les frères Kouachi avaient vengé le prophète et les musulmans outrés par les caricatures de Charlie Hebdo.

"Un acte héroïque" et une "vengeance" pour le prophète. Les insurgés islamistes somaliens shebab ont qualifié dans un communiqué "d'héroïque" l'attentat contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts mercredi dans le XI arrondissement de Paris.

"Charlie Hebdo a insulté notre prophète et outré des millions de musulmans", fustigent-ils. "Les deux frères (Said et Chérif Kouachi, ndlr) sont les premiers à s'être vengé". Ce sont deux héros".

Les islamistes ont dénoncé les "esprits égarés qui clament que la liberté d'expression a été attaquée", affirmant que "ce n'est pas le cas". Les deux frères "ont coupé la tête des infidèles qui ont insulté notre prophète bien-aimé", ont renchéri les shebab. Selon eux, "Oussama Ben Laden avait prévenu l'Occident que si la liberté d'expression n'avait pas de limites, vous deviez vous attendre à voir couler votre sang".

Les shebab, qui contrôlent de vastes zones rurales des centre et sud somaliens, ont, selon les experts, des liens étroits avec la branche d'Al-Qaïda au Yémen. La piste yéménite serait une des priorités des enquêteurs, l'un des deux frères traqués ayant visiblement reçu une formation au maniement des armes dans cette région, selon une information du New York Times.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !