L'assassin d'Hervé Gourdel a été identifié | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'assassin d'Hervé Gourdel a été identifié
©

Justice

L'assassin d'Hervé Gourdel a été identifié

Selon le quotidien algérien El Watan, l'égorgeur est Kherza Bachir, un terroriste et assassin notoire.

La traque continue dans le maquis de Kabylie, mais commence à porter ces fruits : le quotidien algérien El Watan annonce aujourd'hui que l'armée algérienne a identifié la personne ayant décapité le Français Hervé Gourdel. Le même quotidien annonçait hier que que l'armée avait retrouvé le campement de ses ravisseurs et identifié les cinq djihadistes ayant participé à la décapitation.

"Tous les membres du groupe ayant enlevé le ressortissant français Hervé Gourdel ont été identifiés grâce à des moyens scientifiques irréfutables", explique le journal, après un long reportage avec l'armée. "L’égorgeur que l’on voit dans la vidéo (...) n’est autre que Kherza Bachir, un terroriste notoire qui fait office de mufti (exégète) du groupe. Agé d’une cinquantaine d’années, il est natif de Bab El Oued, à Alger, et a à son actif de nombreux assassinats et attentats terroristes. Il est entouré de Athmane El Acimi, lui aussi natif de Bab El Oued et de Abou Souleimane de Boumerdès.", poursuit le journal.

"Les services de sécurité ont également identifié la majorité des 32 terroristes qui apparaissent sur la vidéo" où le groupe prête allégeance à l'Etat islamique, assure El Watan. Abdelmalek Gouri, ex-bras droit du chef d'al-Qaida au Maghreb islamique, serait le chef de ce groupe, et non l'exécuteur d'Hervé Gourdel. "L’émir du groupe, le nommé Gouri, n’est pas visible sur la vidéo en question, mais sa voix a été identifiée par les services de sécurité".

Lu sur El Watan

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !