Kobané : l'inquiétude de la coalition internationale anti-Etat islamique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Kobané : l'inquiétude de la coalition internationale anti-Etat islamique
©

Craintes

Kobané : l'inquiétude de la coalition internationale anti-Etat islamique

Les représentants militaires des 22 pays participant à la coalition anti-Etat islamique (EI) étaient réunis mardi 14 octobre à Washington. Ils ont exprimé leurs craintes concernant le sort de la ville syrienne de Kobané, menacée d’être prise par les djihadistes.

La coalition internationale est inquiète. Mardi 14 octobre, les représentants militaires des 22 pays participant à la coalition anti Etat islamique (EI) réunis à Washington ont exprimé leurs craintes concernant le sort de la ville syrienne de Kobané, menacée d’être prise par les djihadistes."Nouis suivons de près les combats qui ont lieu dans la province irakienne d'Al-Anbar et nous sommes très inquiets de la situation dans et autour de la ville syrienne de Kobané", a déclaré Barack Obama à l’issue de la réunion. "Cela illustre la menace posée par l'EI à la fois en Irak et en Syrie", a-t-il ajouté, soulignant que les frappes aériennes se poursuivraient dans ces deux régions. L’objectif de la réunion était d’essayer d’établir une feuille de route plus claire. "Nous sommes unis dans notre objectif : affaiblir et détruire l’EI", a martelé Barack Obama, précisant qu’il s’agissait d’une campagne à long terme au cours de laquelle il y aurait des "revers".

Dans le même temps, en marge de l'inauguration d'une exposition sur l'art contemporain au Maroc à Paris, François Hollande a directement interpellé la Turquie qui "doit absolument ouvrir sa frontière" aux réfugiés. Il a mis la pression sur le gouvernement d'Erdogan. En effet, ce dernier refuse d’aider les défenseur de Kobané car ils sont kurdes. "En Syrie nous considérons que c'est l'ensemble de la communauté internationale qui doit soutenir ce qu'on appelle l'opposition syrienne, c'est-à-dire en fait ce qui est aujourd'hui en Syrie la seule voie possible pour la paix et pour la démocratie", a déclaré le chef de l’Etat.

Par ailleurs, d’après l’état-major américain, des avions américains et saoudiens ont effectué 21 sorties depuis le début de la semaine, détruisant ainsi des lignes d’approvisionnement et "freinant la progression de l’EI" dans Kobané. Mais selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les Kurdes ne contrôlent plus que des quartiers de l'ouest, un quartier nord et une partie du centre-ville.

Depuis le 16 septembre, près de 600 personnes ont trouvé la mort et les djihadistes ont mis la main sur quelques 70 villages de la région. Les combats ont provoqué la fuite de 300 000 habitants. Plus de 200 000 d'entre eux se sont réfugié en Turquie et des milliers en Irak. Dans le même temps, l’EI se renforce à la frontière de la Turquie, consolide sa base-arrière en Syrie et continue son expansion en Irak. La province d’Anbar est notamment menacée.En effet, les djihadistes viennent de prendre possession de Hit, faisant ainsi fuir 180 000 personnes. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !